Des jeunes filles sourdes et aveugles, H.S.F.Congo

Sous le patronage de Didier Ibouanga, conseiller socio-culturel du préfet du département de Pointe-Noire, il s’est tenu du 12 au 13 septembre 2008, dans la salle des jeunes de la paroisse de St Bosco de Tié-Tié, dans le 3ème arrondissement, des premières journées de sensibilisation des jeunes déficients auditifs et aveugles, sur la planification familiale et le V.i.h-sida.

 

Dans son mot de circonstance, Georgette Média, journaliste de formation, présidente de l’association « Handicapés Sans Frontières Congo » et initiatrice desdites journées, a édifié les participants sur les nécessités de connaître les méthodes contraceptives d’une part, et sur la méconnaissance des préservatifs par les jeunes femmes sourdes et aveugles. La présidente de l’association s’est ensuite indignée du fait que sur les 250 personnes sourdes recensées, plus de 50 jeunes filles ont soit un bébé, soit une grossesse, ou encore un bébé et une grossesse. Elle a, en outre, souligné que la mauvaise interprétation du test sérologique par les personnes sourdes reste un défi à relever.

Didier Ibouanga, s’inspirant du thème de la célébration de la Journée Internationale de la Personne Handicapée de 2008 : « Convention relative aux droits de la personne handicapée : la dignité et la justice pour tous », s’est félicité de l’importance de la tenue de ses journées en ce qu’elles sont la manifestation du droit à l’information pour tous. Il a ensuite ouvert les travaux qui ont porté sur 2 volets : la planification familiale, et les méthodes de lutte contre le V.i.h-sida.


Le développement de ces thèmes par les formateurs de l’A.c.b.e.f. (Association congolaise pour le bien-être familial) et du C.j.e.s. (Club des jeunes pour l’éducation sexuelle et la santé), a permis aux 143 participants de s’imprégner des techniques et des méthodes de prévention des grossesse et d’avoir des notions de bases sur la planification familiale, les pratiques sexuelles et la prise en charge psycho-sociale des séropositifs.



Les participants, par la voix de Florine Tchicaya, ont exprimé leur profonde gratitude à la présidente de l’association « Handicapés Sans Frontières Congo » pour l’instauration desdites journées qui, pour eux, ont été l’occasion d’être désormais des sujets d’informations dans les médias, grâce au concours des interprètes en langue des signes. Les participants ont souhaité que l’association « Handicapés Sans Frontières Congo », en collaboration avec les pouvoirs publics, continue d’accompagner les personnes sourdes et aveugles dans leurs activités au quotidien.

 

Equateur Denis Nguimbi.

Écrire commentaire

Commentaires: 0